Menu
MENUMENU

Vulgarisation scientifique et open data : des lycéens installent des capteurs.

Le projet Data’Digne, qui permet à des lycéens d’appréhender les datas au travers de la conception de capteurs mesurant la qualité de l’air, rentre désormais dans sa phase 3 : la collecte et l’analyse des données.

En effet, après avoir travaillé sur les données, découvert le fonctionnement d’objets connectés, programmé, assemblé et modélisé en 3D un capteur ; 13 élèves de seconde du Lycée Pierre-Gilles de Gennes à Digne-les-Bains ont mis en route dernièrement 4 exemplaires de ces capteurs.

Les jeunes les ont été installés sur différents bâtiments municipaux répartis dans le centre-ville. Ces capteurs permettent de mesurer les particules fines du type MP1, MP2.5 et MP10 présentent dans l’air. Chaque capteur renvoie également des informations sur la température, l’humidité et la pression atmosphérique. Toutes les dix minutes le ventilateur du capteur se met en marche. Puis, 30 secondes après, le capteur fait 10 mesures des particules fines toute les 2 secondes. Le programme enlève les 2 valeurs extrêmes et fait la moyenne des 8 autres avant de les envoyer par Wi-Fi sur un serveur distant. Les données ainsi collectées permettent d’obtenir des mesures en microgramme par mètre cube pour les particules fines. En Celsius pour la température, en % pour l’humidité de l’air et en hectopascal pour la pression atmosphérique. Toutes ces données seront accessibles à tous sur Internet au mois de mai une fois que les séances d’ateliers avec les élèves seront terminées.

Rappelons que le projet Data’Digne est avant tout une démarche pédagogique autour des données. Ces capteurs non pas vocation à alerter la population sur la qualité de l’air en tant que tel. Seul des organismes du type d’Air PACA sont habilités à le faire. L’objectif de Data’Digne étant de démocratiser l’ouverture des données publiques dans une démarche participative et citoyenne.

 

Sur le même sujet